Rechercher

5 conseils de PRO pour bien gérer la température !

Mis à jour : 19 mars 2019


Réchauffement climatique, dérèglement climatique, température de travail pour les machines et les huiles de coupe, on aborde ce sujet à l’actualité de plus en plus brûlante.


Vite, il y a surchauffe!

A l’approche de l’été vous êtes nombreux à vous inquiéter des pannes probables de vos machines dues à la chaleur et de la montée en température des huiles de coupe.

Pourtant même si on sait clairement que dans quelques semaines les températures vont être d’abord plus agréables pour ensuite être quasi insupportables il n’y a pas lieu de s’inquiéter plus que cela pour vos machines et pas plus pour vos huiles mais plutôt pour ceux qui travaillent sur les machines.


Suivez les consignes et conseils ci-dessous pour être dans des bonnes conditions de travail et respecter la planète :


1. Ce n’est pas la température intérieure des armoires qui provoque les pannes mais plutôt l’absence de ventilation des armoires.


En effet les composants électriques sont tous fait pour résister sans difficulté à des températures ambiantes de l’ordre de 35°C. Il n’est donc pas nécessaire de climatiser les armoires électriques en dessous de cette température.

En revanche, veiller à ce que les entrées d’air soit propre, et d’une manière générale ne couper pas totalement les machines ce qui garantit la circulation de l’air dans l’armoire.

De même faite régulièrement le tour de toutes les cartes (surtout axes et puissance) et vérifier bien le fonctionnement des ventilateurs internes.

Assurez-vous aussi que rien ne vient perturber la circulation de l’air dans l’armoire.

Si vos armoires sont ventilées, rappelez vous que les filtres mousses doivent être changés très régulièrement et qu’il ne doit en avoir que sur le flux d’entrée de l’air, la sortie doit rester libre.

Enfin, faites des tests en installant des thermomètres à l’intérieur des armoires et/ou des bandelettes de mesure de température.


Réglez vos armoires électriques sur 35°C

2. Ne travaillez pas avec les portes des armoire ouvertes.


Tout d’abord vous engagez votre responsabilité en cas d’accident électrique. Mais au-delà, vous perturbez le flux d’air prévu par le constructeur et vous autorisez la rentrée de poussières sèches (comme le carbure) totalement néfastes aux composants électriques. Enfin pensez aussi que si votre machine « n’en peut plus de la chaleur » votre personnel n’est surement plus lui-même dans des conditions de travail acceptable.


3.Pensez Kw lors du choix de vos matériels


Lors du choix des matériels, des implantations, ayez une pensée pour la quantité de chaleur qui va être produite par les Kw des broches, des moteurs, des pompes, des climatisations etc… Pensez à éloignez les filtrations des machines, et pour les installations centralisées à mettre en extérieur les groupes frigo qui eux-mêmes pourront respirer donc avoir un rendement correct.


Avec le réchauffement climatique, on va devoir modifier notre référentiel température

4. Tout dilate.

Tout se dilate : l’acier, la fonte, le béton polymère et même le verre.

L’acier par exemple se dilate d’environ 12 microns par mètre et par degré. Autrement dit il est quasi impossible de tenir des cotes précises si du matin au soir la température de la machine évolue de 10°C, que ce soit en été, mais aussi en hiver.

L’huile entière refroidit environ 10 fois moins que l’eau ; si cette huile est chaude elle refroidit moins bien (un des 3 objectifs d’un fluide de coupe).

Comme par ailleurs les performances des huiles sont données pour une température donnée on constate qu’il ne faut laisser fluctuer la température à la hausse et à la baisse.

Cependant climatiser à 20 ou 22° n’a de sens que si la pièce en elle-même est stabilisée et que si des tolérances d’outils sont engagées à la température d’une salle de contrôle.

Finalement, on pourrait aussi avoir une stabilisation de la température de l’huile à 30°C si le process complet est validé à 30 °C

Idéalement il faut avoir une température d’huile plus basse que la température de la pièce de quelques degrés. Ce qui logiquement veut dire une consigne sur les groupes froid des centrales de filtration qui serait à ajuster en fonction des saisons.

Dans certains cas sur les projets COMAT nous lions la température de l’huile à la température de la pièce dans laquelle les machines travaillent.

De même et pour des outils de haute précision nous utilisons des groupes frigos permettant de réguler à +/-0,5 K contre +/1°K en règle standard.


5. Brouillard et température sont intimement liés

Plus l'huile est chaude et plus elle se vaporise. Évident certes mais important à rappeler car plus une huile se vaporise, plus elle est potentiellement nocive, et plus on en consomme.

Il faut donc jouer sur la qualité de l’huile (viscosité, volatilité entre-autre), la température à l’arrosage et les buses d’arrosage ?


Notre avis :
  • Pensez stabilisation de la température plutôt que climatisation.

  • Mémorisez 35°C pour la température de vos armoires,

  • Adaptez la température de l'huile à votre environnement

  • Tester la qualité de l’air, la température des armoires, celle de l’atelier.

  • Ne faites pas travailler vos machines dans des atmosphères ou vous-même ne pouvez pas travailler.



Réalisation site internet : @agencecalissi | Mentions légales